03 mars 2010

Quis sommes-nous?

Qui sommes-nous ?

Nous sommes avant tout des citoyens libres. Libres car le parti radical n’enferme pas, le Parti Radical est un esprit : celui de l’humanisme des lumières.
Il s’agit de croire en l’être humain, d’avoir la volonté de l’aider, de le replacer au centre de la vie sociale et de toutes les considérations. Vous l’aurez compris, le fondement de nos réflexions est l’homme.
Il faut aller au-delà des idéologies qui conduisent, le plus souvent, à des formes d’obscurantisme.

Pourquoi s’engager en politique ?


Pour porter des idées. Quoi que l’on fasse nous sommes pris à des degrés divers dans le jeu politique. « Un homme n’existe pas à la manière de l’arbre ou du caillou : il est engagé, il faut parier et l’abstention est un choix » disait Jean-Paul Sartre. Nous préférons le choix de l’action à celui de l’abstention. En outre, l’engagement politique n’est pas une contrainte. Chacun participe à sa manière, nous ne sommes pas prisonniers, nous ne renonçons pas à une partie de notre liberté. Bien au contraire, nous exerçons la liberté qui nous est donnée de nous engager.

Quel est notre objectif ?

Notre objectif est simple. Nous voulons contribuer au décloisonnement de la jeunesse. Nos différences font nos richesses. Loin de nous le sectarisme, loin de nous les jugements sur les apparences, sur les catégories sociales. Notre souhait est de débattre avec tous. Tous les jeunes engagés sont guidés par la même volonté : améliorer la vie des autres. On ne peut se satisfaire de la misère, de la souffrance ; la compassion est un sentiment humain alors réfléchissons ensemble pour améliorer la vie dans notre société.

Le radicalisme c’est quoi ?

Le terme radical ne renvoie pas à l’extrême mais à l’essence, à la racine d’une chose.
Pour trouver les racines du radicalisme il faut se plonger dans l’histoire et remonter avant la Révolution. Condorcet, illustre philosophe des Lumières, aura une grande influence sur les idées radicales avec son ouvrage Esquisse de l’histoire des progrès de l’esprit humain. Les radicaux en retireront l’essentiel ; il faut avoir confiance en l’homme tout en le sachant imparfait.

Le radicalisme se base aussi sur des principes. D’une part, le volontarisme incarné, notamment, par Ledru-Rollin qui publia en 1846 un manifeste dans lequel il réclama le suffrage universel.
D’autre part, le progressisme social dont la parfaite illustration fut le fameux « Programme de Belleville », véritable bible des radicaux, dont l’auteur est Léon Gambetta. Il demandait des réformes ambitieuses telles que l’école gratuite, laïque et obligatoire, l’abolition des monopoles économiques, la liberté de la presse ou encore la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

On le voit le radicalisme était visionnaire par essence. Mais le radicalisme ne se réduit pas à ces éléments, c’est aussi une méthode.

Les radicaux proposent de revenir aux racines de la République pour que le changement soit possible. Plutôt que de faire table rase du passé nous préférons prendre les problèmes de manière globale ; « rien ne sert de couper une branche si la terre n’est pas bonne ».

Enfin on a pu dire que le radicalisme se situait entre intransigeance et pragmatisme en ce sens que les radicaux, non seulement sont des républicains intransigeants, qui voulaient une transformation complète de l’ordre politique dans le sens démocratique ; mais aussi des pragmatiques puisqu’ils avaient, comme l’écrivit Jules Simon « ni l’espoir de reformer le monde en une heure, ni la sottise de dédaigner les réformes incomplètes qui pourront rendre plus facile la réforme définitive ».

Alors voila, être radical aujourd’hui c’est intégrer son histoire pour moderniser la France. Faisons nôtre ce qu’Edouard Herriot disait : « la tradition, c’est le progrès dans le passé ; le progrès, dans l’avenir, ce sera la tradition ».


Soyez nombreux à nous rejoindre !!!

Posté par jeunesradicaux92 à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Quis sommes-nous?

Nouveau commentaire